Chanson française

Alexis HK, de l’arbre aux racines.
Nouvel album, Le Dernier Présent.

© Franck Loriou
17/09/2012 -

A trois mois de la date annoncée de la fin du monde, Alexis HK marque de son empreinte avec Le Dernier Présent, son quatrième album studio, la belle lignée des auteurs-compositeurs-interprètes de la chanson française. Un disque sensible et délicat, classique mais ancré dans son temps, qui dépeint la société sans la passer au vitriol, et, contre toute attente, rassure. Rencontre avec un drôle de poète.

RFI Musique : Le Dernier Présent est votre disque le plus épuré, le plus "chanson française"…
Alexis HK :
Chaque chanson a plus ou moins un propos, et je voulais être le plus direct possible. Je n’avais pas envie d’être dans une performance pour cet album-là, ce n’est pas un disque expérimental. J’avais la volonté de revenir à quelque chose de simple, qui puisse être chanté avec juste une guitare. Alors j’ai aménagé des choses sans faire de trop gros détours.

Le dernier présent
Alexis HK
Le dernier présent
(ABACABA)
2012

Vous parlez beaucoup du temps, de l’ambiance sociale. C’est un peu votre A la belle de Mai à vous *?
Tout à fait. J’adore ce disque. De toute façon, je suis un inconditionnel de Renaud ! Et en ce qui concerne le temps, je vieillis, je commence à faire des petits bilans. Le temps qui passe reste un mystère, quelque chose de profondément énigmatique comme tous les thèmes métaphysiques. Je sépare de moins en moins ma vie réelle de ma vie artistique. Ce métier la transforme en une espèce d’aventure où le temps joue un rôle très important. Et il est, avec l’espace, l’un des premiers éléments de toute création.

 
Toutes les classes en prennent pour leur grade, mais toujours avec tendresse…
Oui, parce qu’il y a une empathie permanente. On peut taquiner, pas mépriser. Sinon, c’est juste de la mauvaise bile. J’avais plutôt envie de dire les choses que je ressentais avec amour, parce que plus je vieillis, plus j’aime les gens et j’ai l’impression de les comprendre, je sais comme c’est dur pour tout le monde… Je suis une sorte de jésuite en fait ! Donc on peut égratigner, avec tendresse et clin d’œil, mais jamais avec amertume ou rancune.
 

Il est aussi question d’Histoire. Fils de désigne directement toute une génération post-68 qui se serait égarée en chemin…
On est revenu de certaines illusions. Ce qui est délicat, quand on aborde ces thèmes-là, c’est qu’il ne faut pas donner de leçon. C’est juste une vision subjective, quelque chose de ressenti. J’ai grandi dans une banlieue ni très animée, ni désagréable. J’étais entre deux eaux, entre les ultra-bourges et les ultra-prolos. Alors j’essaie de prendre du recul. Quand on grandit dans une ville de classe moyenne, on assiste aux évènements dans une espèce de douceur et de léthargie bizarres. Dans cette chanson, je voulais parler de ça : comment, dans cette banlieue, plein de petits mondes réussissent à se confronter tout en regardant l’histoire se faire. En ce moment, c’est la même époque de flou. On est dans un pays en crise, on nous parle de continents qui vont plonger, puis de la fin du monde à la fin de l’année… mais pour l’instant, on est là, on avance. On est perdu, et tout cet album est sur ce constat-là. Je n’ai pas de réponse, à part l’urgence d’être heureux avec les gens qu’on aime.
 
Ignoble noble est un grand moment de musique médiévale avec vos camarades Renan Luce et Benoît Dorémus !
C’est l’ovni de cet album ! Quand on est ensemble, on a tous 14 ans et demi… C’est un trio de troubadours qui pour moi était évident. Cette chanson me faisait marrer, parce que j’ai l’impression qu’on a beau être dans une époque moderne, on est toujours un peu au Moyen-âge sur certains trucs ! J’aime beaucoup la polyphonie qu’on a ensemble, un peu à la Frères Jacques. On est parti pendant un an en tournée avec Seuls à trois. On s’échangeait les chansons, on déconnait avec le public. C’était super, comme une grande récré. Quand je suis avec eux, j’ai l’impression d’être avec des alter egos. On peut tout faire, on est libre. Et chaque disque que je fais, est comme un album photo qui va retracer un moment de ma vie.
 
…chaque disque et une chanson en particulier, Je reviendrai ?
La vie te ramène toujours par là où tu es passé. Je reviendrai c’était pour dire, voilà, tu pourras aller aussi loin que tu voudras, à un moment donné, tu auras besoin de faire une boucle. C’est un mouvement que je constate et qui me paraît juste. On revient toujours près des siens comme auprès d’un arbre. La question des racines est omniprésente dans ce disque. Dans César, cette histoire d’un arbre qu’on déracine puis qu’on plante, qu’on jette après parce qu’il nous encombre, c’est une façon de parler au sens propre de déracinement, et de manière très allégorique, de l’immigration, du fait qu’on puisse vivre dans un pays et ne jamais s’y sentir complètement chez soi.
 
Au-delà de l’album, Son poète est dédiée à Allain Leprest…
C’est une chanson importante pour moi car je l’ai écrite en m’inspirant d’Allain Leprest. A la fin de sa vie, il avait besoin d’être porté pour aller sur scène, et son manager était tout le temps avec lui, comme un frère. Ça m’a inspiré. Je trouve ça beau, un mec qui soutient son poète, et l’aide jusqu’à son dernier souffle à donner du plaisir aux gens. Quand Leprest chantait, il y avait dans les yeux des gens une lumière vraiment très singulière. Il est mort peut-être un an après l’écriture de cette chanson. Entre temps, il est venu faire l’Olympia avec moi. Tous ces évènements qui se mélangent, qui se rencontrent, font que ma vie à certains égards a des allures de film romantique. Et ça vaut la peine de l’écrire, ça.
 
*album de Renaud


Alexis HK Le Dernier Présent (La Familia) 2012
Alexis HK Le Dernier Présent + BD Marie de Monti et Alexis HK Monsieur le Maire et les Révolutionnaires, librement inspirée de la chanson César d’Alexis HK (La Familia/ VILTIS BD-ACCFA), sortie le 27 septembre 2012
En tournée en France, en concert au Café de la Danse à Paris le 14 décembre 2012

Site officiel d'Alexis HK

Par Marie-Catherine Mardi
TAGS : Chanson - France - album - Alexis HK
Réagissez à cet article
Commentez cette article en tapant votre message dans la zone de texte. Le nombre de caractères est limité à 1500 ou moins.
(0) Réaction
Fermer