Chanson française

Daphné chante Barbara
Nouvel album, Treize chansons de Barbara.

© J.Gragnon
Daphné
31/10/2012 -

Après les albums L’Emeraude, Carmin, et Bleu Venise, la chanteuse Daphné retouche les couleurs de sa palette romantique en reprenant pour son nouvel album treize des plus belles chansons de La Dame en noir, Barbara. RFI Musique l’a rencontrée.

RFI Musique : Vous dédiez tout un album à Barbara. Quel est votre lien à ses chansons ?
Daphné :
Ce sont des baptêmes, mais l’idée n’est pas de moi. Thierry Lecamp, d’Europe 1, m’a proposé de reprendre Barbara sur scène pour tout un concert. Je connaissais quelques chansons, mais je n’avais pas de disque d’elle, je me la gardais "pour plus tard", comme on dit, pour un moment particulier. Je savais que celles que j’avais entendues, me touchaient beaucoup, comme Du bout des lèvres, Dis, quand reviendras-tu ?, Ma plus belle histoire d’amour, et L’Aigle noir, bien sûr. Alors je m’y suis plongée. J’ai aussi écouté ses interviews, lu Le Piano noir, son livre inachevé, et j’ai accepté. En travaillant le concert, j’ai eu envie d’en faire un disque.

La Dame Brune
Daphné & Dominique A
Treize chansons de Barbara
(Naïve)

N’était-ce pas risqué de vous attaquer ainsi à l’une des plus grandes figures de la chanson française ?
Je suis quelqu’un d’assez sauvage, dans le sens timide, discrète. Donc pour moi, chanter est déjà une prise de risque. Là, c’est différent, parce qu’il y a en plus le respect de l’œuvre d’une très grande dame. Mais très franchement, mon cœur m’a dit d’y aller. Après ma tête m’a mise en garde ! Je me suis dit que je serais certainement critiquée, mais j’étais sûre que les gens sentiraient le respect que j’ai pour Barbara. On a le droit de ne pas aimer ma voix, ça fait partie du jeu d’être chanteur. Ça peut paraître très naïf, mais je pense sincèrement que quand on fait les choses de tout son cœur, c’est tellement joyeux qu’on est protégé, finalement, de tout ce qui peut être tordu. On suit son chemin. C’est tellement fabuleux de pouvoir transmettre ces belles chansons ! S’il y a des gens qui ne sont pas contents parce qu’ils adorent Barbara, ils écouteront Barbara ! Un disque c’est une invitation, ce n’est pas une obligation.

Vous avez sélectionné 13 de ses titres les plus connus, comment les avez-vous choisis ?
Je tenais à faire les chansons que je connaissais déjà et que j’aimais, comme Ce matin-là, dont j’adore la magie. Puis j’ai découvert Parce que je t’aime, Gueule de nuit, La dame brune, Si la photo est bonne. Je les ai choisies parce qu’il fallait que, du début à la fin, je sois en accord avec tous les mots. Je ne chante pas Nantes, par exemple, parce que c’est une chanson qui lui est très personnelle. Ce n’est pas mon histoire. Je pense que Dis, quand reviendras-tu ? est l’histoire de tout le monde, à un moment donné dans sa vie. Parce que je t’aime aussi. Ma plus belle histoire d’amour, quand on monte sur scène, c’est un sentiment qu’on a envie d’exprimer pour remercier le public.

Trois voix masculines se mêlent à la vôtre : Dominique A remplace Moustaki dans La Dame brune, vous revisitez Göttingen en duo avec Jean-Louis Aubert, et Dis, quand reviendras-tu ? avec Benjamin Biolay
Au moment où le projet s’est mis en place, j’écoutais beaucoup Vers les lueurs de Dominique A. On s’était dit plusieurs fois qu’on aimerait chanter ensemble, et il y avait, dans la tendresse et la féminité que je retrouvais chez lui, quelque chose qui me faisait penser à Moustaki. Je ne connaissais pas Jean-Louis Aubert personnellement, mais j’aime aussi la tendresse de sa voix, qui me plonge tout de suite en enfance. J’avais envie d’apporter cette légèreté-là à Göttingen. Comme je savais qu’il avait travaillé avec Barbara sur Vivant poème, je trouvais ça cohérent. Quant à Benjamin Biolay, c’est quelqu’un de très important dans ma vie, qui m’a toujours encouragée. On aime se retrouver pour chanter ensemble, et  j’avais envie qu’un homme dise ces mots magnifiques ; il y a des femmes qui attendent, mais il y a des hommes qui attendent aussi. Lui, a ce romantisme brisé, je trouve, dans son œuvre.

Vos versions sont très proches de celles de Barbara. Vous n’aviez pas la volonté de vous éloigner des arrangements originaux ?
Non. Il y a même des choses que j’ai voulu garder, comme certaines lignes de piano, l’ostinato au début de Parce que je t’aime, par exemple. La plupart des tonalités étaient les miennes, et on a simplement ralenti certains tempi parce qu’elle avait un débit incroyable ! J’avais envie de quelque chose de classique pour rester dans le texte. Par contre, on a utilisé des instruments que Barbara n’utilisait pas du tout : orgue de verre, célestas, marimbas… Inversement, elle utilisait beaucoup d’accordéon ; c’est un instrument que j’adore dans le tango, mais qui ne me parle pas du tout dans la chanson. Les sonorités sont donc différentes, sans être une transformation dans un truc pop ou rock. Je pense que sa vision des choses est suffisamment libre, et c’est la liberté des gens qui m’intéresse. La sienne, sa force, peut m’intéresser autant que celle de Patti Smith, de Joni Mitchell ou de Nina Simone. Je trouve que ces femmes ont un point commun dans leur vision des choses. Du coup, je ne voulais pas faire rentrer ça dans un autre cadre musical. Je n’avais pas envie de faire violence à ces chansons.

Daphné Treize chansons de Barbara (Naïve) 2012
En concert au Café de la Danse à Paris le 17 décembre 2012

Par Marie-Catherine Mardi
Commentaires (1)

chansons de Barbara par Daphné

j'écoute en ce moment sur europe 1 le superbe concert : il pleut sur Nantes
la voix de Daphné est un superbe arc en ciel fait à la voix de Barbara.
Laquelle des deux est la plus sublime ?

Poster un nouveau commentaire
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Laissez ce champ vide, cela permet d'éviter les soumissions automatiques de spam.
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatiques de spam.
Fermer