Disparition

Se souvenir de Daniel Darc
Décès du chanteur à l'âge de 53 ans

© Mercury
Daniel Darc
01/03/2013 -

Icône du rock français et de la génération punk, Daniel Darc s'est éteint hier à l'âge de 53 ans. Retrouvé sans vie dans son appartement du XIe arrondissement de Paris, il aurait succombé à une surdose d'alcool et de médicaments. Un départ à l'image de son existence, faite d'excès et d'autodestruction.

Toute sa vie il aura flirté avec la mort, marqué par ses addictions à l'alcool et à la drogue. Elle vient finalement de le rattraper, presque au moment où l'on s'y attendait le moins, tant l'artiste avait su trouver un second souffle avec ses derniers albums, dont La Taille de mon âme en 2011.

Apparu sur la scène punk émergente au début des années 1980 avec le groupe Taxi Girl (aux côtés notamment de Mirwais), il connaît le succès avec les rythmes synthétiques de la chanson Cherchez le garçon. Un album et quelques singles suivront, mais pris dans le tourbillon d'une vie faite de sex, drug & rock'n'roll, le groupe se sépare quelques années plus tard.

Daniel Darc
Daniel Darc

C'est donc l'aventure en solo pour Daniel Darc, toujours en prise avec ses démons intérieurs. Il publie un premier album en 1987, Sous influence divine, réalisé par une autre figure du rock français, Jacno. D'autres suivront mais dont le succès sera confidentiel. La décennie 90 restera peut-être la plus sombre de sa vie.

La rédemption vient en 2004 avec l'album Crève cœur. Il y raconte des histoires d'amour, ses blessures, ses fantômes avec une sincérité et une sensibilité touchantes, sans rien perdre de son âme rock. Porté par le single Je me souviens, je me rappelle, l'album marque le retour de Daniel Darc sur le devant de la scène. Il sera même sacré Album révélation de l'année aux Victoires de la musique en 2005.

Suivront Amours suprêmes en 2008 puis La Taille de mon âme en 2011, toujours bien accueillis par la critique. Entre noirceur et tendresse, Daniel Darc se livre dans ses chansons, sans rien cacher des abîmes qu'il a côtoyés. Ni des lumières qui l'ont parfois sauvé, comme la religion, lui qui s'est converti au protestantisme. Sois sanctifié, le dernier titre de son dernier album, résonne désormais comme un testament, avec ces paroles : "Et si tu avais commis tous les crimes/Gravi du vice les cimes/Une place à jamais te resterait".

 

Par Céline Turroques
 
 
Commentaires
Poster un nouveau commentaire
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Laissez ce champ vide, cela permet d'éviter les soumissions automatiques de spam.
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatiques de spam.
Fermer