Nouveauté

Electro Bamako
Troisième acte

© DR
14/02/2013 -

Plus d’une décennie après avoir entamé un double dialogue entre l’homme et la machine, entre l’Occident et l’Afrique, le musicien français Marc Minelli ajoute un troisième chapitre à son projet Electro Bamako.
 

Il flotte sur cet album comme un parfum de "punky afro electro party", pour paraphraser la Punky Reggae Party de Lee Perry et Bob Marley qui, à la fin des années 70, avaient réuni sous la même bannière deux mouvements a priori étrangers l’un à l’autre. Sans doute n’est-ce pas tout à fait un hasard si Electro Bamako est animé de ce même esprit de liberté quasi libertaire, de cette furieuse envie de ne pas respecter les cadres imposés, d’avoir une autre façon de penser et de s’articuler autour de rencontres improbables. Après tout, le Français Marc Minelli a beaucoup écouté ce qui se passait outre-Manche il y a trente cinq ans.

 

Demebaga
Electro Bamako
Electro Bamako
(Celluloid)
2013

L’influence sur un tel projet se situe plus dans la démarche que dans la musique –quoique le troisième et nouveau volet de cette série se distingue entre autres par une forte présence de sons ultra saturés produits par les instruments à cordes. Si sa collaboration
avec la chanteuse Mamani Keita en 2002, avait été moins naturelle que provoquée, l’ancien dandy d’un rock à la mode british a trouvé depuis sur son chemin d’autres partenaires pour poursuivre l’aventure : son compatriote Damien Traini, qui a fait son apprentissage du djembe et du n’goni in situ, et le Malien Paul Sidibé, chanteur et joueur réputé de kamele n’goni.
 
C’est lui d’ailleurs qui a amené un certain nombre de chansons figurant sur le nouveau CD, même s’il est aussi arrivé, à l’inverse, que Marc Minelli vienne avec une musique, autour de laquelle s’est ensuite construit le morceau. Avec ses machines, il a remixé la matière première que le trio a d’abord enregistrée et qui s’est petit à petit structurée, pour adapter le répertoire à l’album. Pas question pour autant d’effectuer un "travail de chimiste", assure le Français qui laisse la place aux "accidents" et revendique un aspect "pas toujours réfléchi".
 
 
Electro Bamako (Celluloid) 2013
Site officiel
Concert le 15 avril à Toulouse

 
 
Réagissez à cet article
Commentez cette article en tapant votre message dans la zone de texte. Le nombre de caractères est limité à 1500 ou moins.
(0) Réaction
Fermer