Enzo Enzo

Né(e) : 1960 à Paris (France)
Pays : France
Langue : Français
Qualité : Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical : Chanson

Ambiance jazzy feutrée, calme, distinction et tendresse, Enzo Enzo insuffle une certaine classe à la chanson française. Issue du milieu rock du début des années 80, elle a su négocier un virage tout en douceur.

Ambiance jazzy feutrée, calme, distinction et tendresse, Enzo Enzo insuffle une certaine classe à la chanson française. Issue du milieu rock du début des années 80, elle a su négocier un virage tout en douceur.

D'origine russe par son père, Korin Ternovtzeff est née à Paris en 1960. Entre son père fonctionnaire et une mère commerçante, elle passe une adolescence calme, souvent plongée dans les livres.

A la fin des années 70, en pleine mouvance punk, Korin/Enzo Enzo travaille quelques temps sur les tournées en tant que "roadie" avant de rencontrer Olivier en 1978, un jeune musicien, avec lequel elle apprend à jouer de la basse. Ensemble, avec Violaine à la batterie, ils forment le groupe Lili Drop. Avec quelques titres qui marchent assez bien ("Sur ma mob"), Lili Drop est très présent sur la scène rock française du début des années 80. Cependant leur existence est éphémère puisque le groupe se sépare en 1981.

Korin continue cependant dans la voie de la musique tout en abandonnant très vite le rock pour la chanson. En 1982, elle sort, chez Virgin, un 45 tours sous le nom de Korin Noviz, "Je veux jouer à tout". Et après la naissance de sa fille Lou en 82, elle sort deux ans plus tard, un second 45 tours, cette fois chez CBS, "Blanche Neige". C'est à partir de cette époque, qu'elle choisit désormais de s'appeler Enzo Enzo.

Ces premiers essais solo n'ayant eu qu'un succès fort moyen, Enzo Enzo tente une nouvelle expérience entre 1985 et 1987 en collaborant avec le chanteur franco-espagnol, Roé. Ensemble, ils forment un duo flamenco-rock, et composent même des musiques de ballet.

Finalement, elle reprend en 1988, sa carrière solo pour ne plus l'abandonner. Cette année-là, sort un nouveau 45 tours, "Pacifico".

1990 : Premier succès

En 1989, enceinte de son fils Elliot, elle prépare son premier album solo qui sort en 1990 chez BMG, "Enzo Enzo". Le succès est au rendez vous dès le premier simple, "Les Yeux ouverts", reprise du standard américain, "Dream a little dream". Enzo Enzo se retrouve classée à la 10e place du Top 50, premier classement français dans les années 80.

Le deuxième simple, "Deux minutes de soleil en plus ", connaît le même chemin. Le public est au rendez-vous et la presse élogieuse. Sur des mélodies légèrement jazzy voire latinos, Enzo Enzo présente une série de chansons tendres et chaleureuses. Auteur et compositeur, Enzo est, entre autres, entourée de deux complices qui ne la quitteront plus: François Bréant, auteur et arrangeur, et le chanteur Kent, ex-membre, comme elle, d'un groupe phare du rock français de la fin des années 70, Starshooter.

En 1991, elle compose et interprète la chanson du film "L'homme au masque d'or", réalisé par Eric Duret. Elle enregistre également un duo avec Kent, "Ni plus ni moins", sur l'album de ce dernier, "Tous les hommes", duo qui préfigure leur collaboration scénique de 1995. Enzo Enzo fait une de ses premières scènes parisiennes au Passage du Nord Ouest, salle disparue depuis. Elle est également invitée des Francofolies de la Rochelle le 15 juillet, avant de s'envoler pour le Japon, où son énorme succès ne s'est pas démenti depuis.

Elle renouvelle l'expérience du duo en 1992 avec le chanteur Jacques Haurogné sur le titre de celui-ci, "Où en sont ils dehors ?" . 1992 est une année de tournée, et outre l'Europe, elle s'envole en août pour l'édition québecoise des Francofolies à Montréal. Son succès ne faisant que croître, c'est à Berlin qu'elle donne un concert l'année suivante, avant de renouveller l'expérience cinématographique avec le réalisateur Elie Chouraqui, pour lequel elle écrit la chanson, très jazzy, du film "Les Marmottes", sur une musique de Gabriel Yared.

1994 : "Deux"

En 1994, sort un deuxième album, "Deux", qui confirme largement le succès du premier album (100.000 exemplaires pour le premier puis 300.000 pour le second). Toujours entourée de François Bréant et de Kent, elle travaille aussi avec l'arrangeur Jean-Claude Vannier, et des musiciens issus du jazz français, Richard Galliano à l'accordéon, André Ceccarelli à la batterie, ou Jean Michel Kajdan à la guitare.

Le premier titre issu de l'album, "Juste quelqu'un de bien", écrit par Kent, est un triomphe et envahit toutes les radios pendant des mois. Les 17 et 19 octobre, elle retrouve son public de plus en plus nombreux, au Bataclan de Paris.

95 est encore une année victorieuse pour la chanteuse, puisque dès février, elle reçoit la Victoire de la musique de la meilleure interprète française. Au printemps, elle crée un spectacle très original en duo avec Kent. Seuls ou ensemble sur scène, ils montent tous les deux un spectacle qui réjouit le public et la critique. En effet, avec un enthousiasme et une énergie sans limite, les deux artistes chantent leurs titres respectifs entrecoupés de quelques reprises telles "Tu t'laisses aller" de Charles Aznavour ou "Bilbao" de Kurt Weill et Bertold Brecht, le tout présenté dans de petites saynètes que tous deux prennent un évident plaisir à interpréter. Après deux dates au Casino de Paris les 12 et 13 mars, ils partent présenter ce spectacle en province où il remporte un franc succès. Mais à l'automne, Enzo reprend une activité solo, et sillonne la France entre septembre et octobre, en faisant escale les 16 et 17 octobre au Théâtre de la Ville de Paris.

Cette année-là, on peut voir Enzo Enzo interpréter ses chansons dans un film de Jacques Rivette, "Haut Bas Fragile". Mais cependant, le cinéma ne l'intéresse guère en tant qu'actrice.

L'année 96 est consacrée à l'écriture d'un album qui voit le jour en février 1997. Outre les fidèles François Bréant et Kent, les titres sont composés par Jean-Claude Vannier ("Paris bretelle"), l'Anglais Peter Lorne, qui avait déjà participé au premier album, ("A nos chagrins d'amour" avec Enzo) ou Gabriel Yared ("Le p'tit vélo qui couine"). Le premier simple qui sort parallèlement à l'album est le titre "Les idées bizarres".

Scènes en duo

Enzo Enzo donne un concert à Varsovie en février 1997 qui la ramène vers ses origines slaves. Le 9 avril 1998, Enzo Enzo met fin à une longue tournée internationale, qui l'a mené de l'Europe de l'Est au Vietnam en passant par la Chine, en donnant un concert unique à l'Olympia de Paris.

Puis à l'automne, le 1er octobre, Enzo retrouve Kent pour un nouveau spectacle en duo créé avec la complicité du musicien François Bréant. C'est en province à Mâcon, que les deux chanteurs présentent leur nouvelle mise en scène. Rondement mené, avec quelques pas de danse et un numéro de claquettes à l'appui, Kent et Enzo emmènent leur tout de chant à travers le pays avec une longue escale parisienne en mai 99 au Théâtre des Abbesses. Quelques mois plus tard, un album live sortira de cette tournée, "Enfin seuls".

Puis la chanteuse se fait oublier quelques temps pour réapparaître le 16 octobre 2001 avec un nouvel album "le Jour d'à côté", quatre ans après le précédent. Les textes sont écrits en partie par Allain Leprest. Férue d'écriture, Enzo laisse cette fois le crayon à d'autres auteurs dont Allain Leprest sur cinq titres, Jacques Duvall, Bertrand Pierre (ex Pow Wow), Romain Didier ou Kent. Jacques Bastello signe quelques musiques et les arrangements de cet album tout en douceur. Le premier simple issu de cet album s'intitule "Ils s'adorent" chanté en duo avec Rolando, chanteur brésilien du groupe Les Etoiles.

En mai 2002, la chanteuse fait une série de concerts en Asie. Elle visite le Cambodge, la Thaïlande, l'Indonésie, Singapour et la Birmanie. Grâce à l'Association Française d'Action Artistique, elle propose à chaque étape, le spectacle qu'elle donnera à voir au public français un peu plus tard.

Après une pause de plusieurs mois dans ses activités artistiques, elle repart sur les routes à la fin de l'année 2003 et interprète sur scène de nouvelles chansons, avec une formule minimaliste, piano-voix : c'est Angelo Zurzolo qui l'accompagne à cette occasion. En octobre 2004, un nouvel album intitulé "Paroli" sort sur le marché. C'est François Bréant qui fait les arrangements des titres signés Romain Didier, Daniel Lavoie, Daniel Mille pour la musique et Kent, Serge Lama, Brice Homs, Allain Leprest, Chico Buarque et même l'écrivain Marie Nimier pour les textes. Une belle palette d'auteurs et compositeurs pour un disque acoustique sur lequel la voix aérienne, parfois mélancolique d'Enzo Enzo vient se poser.

En juin 2006, Enzo Enzo participe à la création de "Cantate pour un cœur bleu" au festival des Musiques sacrées de Fès au Maroc. Cette œuvre écrite par Allain Leprest et Romain Didier fera par la suite l'objet d'un enregistrement (disque sorti en 2009).  

En octobre de cette année-là, Enzo Enzo sort un disque pour enfant, "Chanson d'une maman". Toujours dans le même esprit, elle enchaîne l'année suivante avec "Trois histoires comme ça de Rudyard Kipling" et enfin "Clap" album consacré aux grands classiques du cinéma en 2008. Ces trois albums constituent une jolie parenthèse dans la carrière de la chanteuse.

Du 26 janvier au 14 février 2010, avec le pianiste Angelo Zurzolo, elle propose une version scénique de "Clap" au Théâtre Antoine-Vitez d'Ivry en région parisienne.   

2010 : "Têtue"

Si elle n'est pas rester sans rien faire, Enzo Enzo n'avait pas depuis plusieurs années proposé un répertoire original pour adultes. C'est chose faite en février 2010 avec la sortie de "Têtue". La chanteuse avec son phrasé particulier et son approche délicate des textes donne à entendre des chansons pleines de charme et de simplicité salutaires. Les textes sont signés Kent, Bertrand Pierre (ex-Pow Wow), Allain Leprest et même Enzo Enzo ("A mardi" et "Les acacias"). Pour la musique, la chanteuse a fait appel à Angelo Zurzolo, Roé, Matthias Duplessis, Romain Didier et même Julien Clerc.

Les 9 et 10 mars, elle se produit à l'Européen. Une tournée suit à l'automne pour présenter ce nouvel album sur scène avec entre autres, son complice Angelo Zurzolo.

En mai sort un livre-CD "Pinocchio court toujours", opéra pour les enfants de Romain Didier et Pascal Mathieu auquel Enzo Enzo a apporté sa contribution en endossant le rôle de la Fée bleue.

Juillet 2010

© RFI Musique
Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

 
 
Fermer