M (Matthieu Chédid)

Né(e) : 21/12/1971 à Boulogne-Billancourt (France)
Pays : France
Langue : Français
Qualité : Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical : Chanson

Si Matthieu Chédid a choisi un nom de scène énigmatique, ce n'est pas pour faire oublier son patronyme. Il s'est simplement créé un personnage plein d'humour, un peu décalé qui lui permet de dépasser sa timidité naturelle. Instrumentiste de talent, il a choisi de s'exprimer par la chanson, relayé par des prestations scéniques remarquées.

Plus d'infos
  • Site officiel de M
  • Si Matthieu Chédid a choisi un nom de scène énigmatique, ce n'est pas pour faire oublier son patronyme. Il s'est simplement créé un personnage plein d'humour, un peu décalé qui lui permet de dépasser sa timidité naturelle. Instrumentiste de talent, il a choisi de s'exprimer par la chanson, relayé par des prestations scéniques remarquées.

    Matthieu Chédid naît le 21 décembre 1971 à Boulogne-Billancourt en région parisienne, un an avant que son chanteur de père, Louis Chédid ne sorte son premier album. Lorsqu'il a 6 ans, Matthieu fait les chœurs sur le premier tube de Louis, "T'a beau pas être beau". Il est accompagné par sa sœur aînée Emilie.

    Depuis, il ne quitte guère les studios. Dès son adolescence, il devient un excellent multi-instrumentiste et un musicien développant un univers imaginaire et ludique très personnel. Avec des copains qui s'appellent Julien Voulzy, Pierre Souchon ou Mathieu Boogaerts, il monte quelques groupes : les Poissons Rouges ou les Bébés Fous.

    A l'âge adulte, Matthieu devient tout naturellement musicien professionnel et accompagne de nombreux artistes français en studio : Philippe Chatel, Nina Morato, NTM, Sinclair ou Billy Ze Kick. Il fait les arrangements du premier album de Faudel. Et on le voit même sur scène aux côtés de son père.

    1997 : "le Baptême"

    Assez naturellement, il sort son premier album en mars 1997, "Le Baptême".

    C'est dans une ambiance familiale, à tous les sens du terme, que Matthieu enregistre 16 titres poétiques et groovy à souhait. De sa voix haut perchée, il raconte un tas d'histoires avec une totale aisance teintée d'humour et de causticité. Pour les textes, il s'est adjoint le talent de la chanteuse de Billy Ze Kick, Nathalie. De plus, à l'instar des voix d'Emilie et de Matthieu sur "T'as beau pas être beau" vingt ans plus tôt, c'est au tour de Joseph et de Anna, les derniers-nés de la famille Chédid, de faire les chœurs sur le titre "Nostalgic du cool".

    Déjà fort d'une expérience de studio, il enrichit très vite son expérience de la scène. On le voit dans toutes les bonnes petites salles parisiennes, le Cithéa, le Divan du Monde ou le New Morning. Le 12 décembre 97, il passe à une autre dimension en faisant la première partie du groupe écossais Texas à Bercy, devant 12.000 personnes. A la même période, il accompagne CharlElie Couture dans sa tournée des clubs, puis remonte pour trois soirs sur la scène des Etoiles les 2,3 et 4 février 98.

    Sur scène, chaque titre est illustré d'une mise en scène et parfois même, quelques comédiens viennent entourer M ("Les Acariens") revêtu de son costume de scène rouge et le front orné de son incontournable houppe. C'est un réel univers enfantin et ironique qui marque son arrivée dans le paysage musical. Entre délire, jeu et un perfectionnisme certain, M le Musicien ou M le Magicien s'est imposé aux yeux des professionnels d'abord, puis d'un public avide de rêveries.

    Lors des Francofolies de la Rochelle 1998, M reçoit le Prix Félix Leclerc destiné à promouvoir un jeune auteur compositeur en France et au Québec, d'où est issu ce prix.

    1999 : "Je dis aime"

    Au cours de l'été 1998, M commence à travailler sur l'écriture de plusieurs titres pour Vanessa Paradis. Il compose et écrit aussi des titres pour lui-même. C'est ainsi qu'à l'automne 1999 sort "Je dis aime". Ce nouvel opus donne une vision poétique des événements parfois absurdes de la vie quotidienne. La fantaisie, l'humour mais aussi la tendresse sont les ingrédients essentiels de ces "petits plats" musicaux.

    Une fois le disque sorti, le plus grand plaisir du musicien est de se produire en public avec ses deux acolytes Vincent Segal à la basse et au violoncelle et Cyril Atef à la batterie et aux percussions. Dès la fin de l'année, il est en tournée en France avec un passage parisien à l'Elysée-Montmartre les 22 et 23 novembre. L'échange avec les gens venus l'écouter semble être une priorité pour ce jeune chanteur. Sur scène, Matthieu s'amuse, délire, dialogue avec qui veut, danse, s'embarque dans des riffs de guitare façon Jimi Hendrix, etc. Il essaie de faire partager son enthousiasme. Pari réussi.

    Petit à petit, Matthieu devient une figure originale et incontournable du paysage musical hexagonal. Au cours du printemps 2000, il reprend sa tournée avec un succès grandissant. Son passage à l'Olympia en mars se déroule à guichets fermés. Des simples sortent les uns après les autres. Après "Je dis aime", c'est "Onde sensuelle", puis "Bleu électrique" enregistré en live à l'Elysée-Montmartre.

    Le point d'orgue de cette saison est la cérémonie des Victoires de la Musique le 11 mars au cours de laquelle M remporte la Victoire convoitée du Meilleur interprète masculin de l'année ainsi que celle, fort méritée, du meilleur concert. La suite de la tournée est d'autant plus une réussite. M est désormais un artiste populaire, qui plaît par sa gentillesse, son humour et l'immense énergie qui se dégage de ses prestations.

    Bête de scène

    En juin, M s'installe quatre soirs à la Cigale. Puis le 9 juillet 2000, en pleine tournée des festivals d'été, M fait une escale à Montreux pour un hommage à Serge Gainsbourg. Il y donnera une magnifique version de "Nazi Rock" ainsi que de "L'Eau à la bouche". Point de répit, à l'automne, M repart sur la route et fait un passage remarqué de cinq dates à l'Olympia en novembre. Alors que le disque s'est vendu à plus de 200.000 exemplaires, que la tournée a très bien marché, M ressent le besoin de se poser un peu et envisage de cesser pour un temps, ses activités scéniques.

    Pour répondre à la demande générale, Matthieu sort un double live en juin 2001. "Le Tour de M", tel est son titre, comporte des morceaux qui ont été enregistrés à différents endroits tout au long de sa tournée et qui n'ont pas été retouchés en studio comme cela arrive la majorité du temps. M a ainsi voulu conserver l'authenticité du son, des interprétations et des ambiances de toutes les salles et festivals où il s'est produit.

    Le 1er mai 2002, le jeune homme devient père. En effet, sa compagne Céline donne naissance à une petite fille nommée Billie. Matthieu commence à écrire de nouvelles chansons dès le mois de juillet. Au printemps suivant, il publie d'abord, un album d'instrumentaux intitulé "Labo M1", bric-à-brac de morceaux, maquettes et inédits issus de son studio d'enregistrement. Avide de nouveaux projets, M collabore aussi avec des réalisateurs de films: il compose et interprète le titre générique du premier film de Vincent Perez, "Peau d’ange" (sorti en France en octobre 2002) et interprète le générique des "Triplettes de Belleville", dessin animé de Sylvain Chaumet (juin 2003). Puis avec ses acolytes, Cyril Atef et Vincent Segal, il rode quelques semaines plus tard, ce qui sera son prochain album de chansons, "Qui de nous deux ?", sorti en novembre 2003.

    Le chanteur met une nouvelle fois, son personnage de M en scène, même s'il songe aujourd'hui à s'en séparer et à devenir y compris sur scène, Matthieu Chédid lui-même. La paternité ayant sans doute jouer un certain rôle, les titres intimistes comme "le Radeau" ou "la Corde sensible" font preuve d'une sobriété assez récente. Le propos général de l'album semble être plus profond et de l'aveu même de l'artiste, plus personnel comme dans "Je me démasque".

    2003 : "Qui de nous deux ?"

    Puis avec ses acolytes, Cyril Atef et Vincent Segal, il rode quelques semaines plus tard, ce qui sera son prochain album de chansons, "Qui de nous deux ?", sorti en novembre 2003.

    Le chanteur met une nouvelle fois, son personnage de M en scène, même s'il songe aujourd'hui à s'en séparer et à devenir y compris sur scène, Matthieu Chédid lui-même. La paternité ayant sans doute jouer un certain rôle, les titres intimistes comme "le Radeau" ou "la Corde sensible" font preuve d'une sobriété assez récente. Le propos général de l'album semble être plus profond et de l'aveu même de l'artiste, plus personnel comme dans "Je me démasque".

    13 février 2004, premier concert de l’année à Clermont-Ferrand et premier d’une longue tournée qui passe par Le Caire, en Egypte, le 19 juin. Un concert exceptionnel pour la fête de la musique qui marque les retrouvailles avec les racines familiales : sa grand-mère, Andrée Chedid, écrivain et poète d'origine libanaise, son grand père Louis-Antoine et son père, le chanteur Louis Chédid, sont en effet nés au pays des Pharaons.

    Partout où il passe, M joue à guichets fermés. Les 2, 3 et 4 août 2004, l'homme à la houppe enflamme le Spectrum pour les Francofolies de Montréal. Puis, il marque une pause de deux mois. A son retour, les salles ne désemplissent toujours pas. Les 26, 27 et 28 novembre 2004, il investit le Palais Omnisport de Paris-Bercy, qui très rapidement, affiche complet.  

    En janvier 2005, sort le "Live au Spectrum", un mini de 9 titres enregistré lors du concert au Spectrum à Montréal et uniquement commercialisé au Québec. Il se retrouve rapidement en import dans les bacs des disquaires français.

    En mars, il reçoit 4 Victoires de la Musique (Interprète masculin de l'année, album de chansons de l'année pour "Qui de nous deux", Concert et DVD musical pour "Les leçons de musique" réalisé par sa soeur, Emilie Chédid).

    Parallèlement, M poursuit son marathon scénique. Un tour qui ne prend fin que le 20 juin 2005, avec un concert au Shepherds Bush Empire de Londres. A peu près 700.000 spectateurs auront assistés à cette grande tournée.

    Le 31 octobre, "En tête à tête", un double CD qui retrace cette aventure, arrive dans les bacs, juste avant le DVD filmé à Bercy qui marque la fin du cycle "Qui 2 nous 2" et de son imagerie rose bonbon.

    Alors qu'on le pensait en vacances, M remonte une fois de plus sur la scène de l'Olympia le 26 décembre. Il y donne un concert en compagnie de Cali, d'Arthur H, d'Albin de la Simone, etc. au profit de l'association Clowns sans frontières.

    Son père Louis Chédid écrit un conte musical pour enfant en 2006, "Le soldat rose". Sur le disque, Matthieu incarne ce même soldat rose.

    En février 2007, il reçoit la Victoire et le Cesar de la meilleure musique de film pour "Ne le dis à personne", le long métrage de Guillaume Canet. La même année, Matthieu Chédid s'associe à Sean Lennon pour chanter en duo "L'éclipse", un titre originellement écrit par celui-ci sous le titre de "Parachute".

    Matthieu Chédid assure la production du nouvel album de Vanessa Paradis qui sort en septembre 2007, "Divinidylle". Il signe aussi plusieurs titres. Les deux artistes se retrouvent sur un duo "Les Piles", une chanson écrite et composée par Thomas Fersen. Lors de la tournée de la chanteuse qui suit la sortie de l'album, Matthieu l'accompagne à la guitare.

    2009 : "Mister Mystère"

    Devenu à 37 ans un poids lourd de la chanson française, Matthieu Chédid sort en septembre  2009, un nouvel album extrêmement attendu par le public et la critique, intitulé "Mister Mystère". Intéressé par le thème de la dualité, le chanteur en fait le sujet principal du disque, grâce en particulier aux textes de Brigitte Fontaine. Ce disque est accompagné d'un DVD et d'un carnet ce qui permet à Matthieu Chédid de parler d'"album percept" un mot emprunté au philosophe Gilles Deleuze pour parler d'"un ensemble des perceptions". La sœur, le frère et le père du chanteur ont tous les trois participé à la conception de ce disque, une véritable entreprise familiale à laquelle Matthieu Chédid tient beaucoup.

    Avant la sortie du disque, Matthieu Chédid donne à Québec et à Montréal, une série de concerts en avant première pendant le mois de juillet. La tournée en France, débute elle, le 2 novembre.

    Ce nouveau tour laisse apparaître un –M- noir et blanc, travaillé par ses ombres et finissant les concerts délesté de sa célèbre coiffure. Passé entre l’automne 2009 et fin 2010 par les Zénith de l’Hexagone et les grands festivals d’été, ce show remplit les 15, 16 et 17 décembre 2010 le Palais Omnisports de Paris-Bercy. Le quatrième enregistrement live de M, "Les saisons de passage", témoigne d’une série de concerts hors normes imaginés avec le clan Chédid.

    2010 semble être l’année de M, car lorsqu’il n’est pas sur scène, c’est à St. Barth et à Los Angeles que Matthieu Chédid compose pour Johnny Hallyday. Co-écrit avec Hocine Mérabet, son entraîneur sportif, et Yodélice, l’album "Jamais seul" arrive dans les bacs au début de l’année suivante. Il épaule aussi son père Louis, pour la conception de l'album "On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime".

    Au cinéma, M fait aussi une apparition dans "Les petits mouchoirs" réalisé par son ami Guillaume Canet. En décembre, le chanteur est donc classé par les lecteurs du magazine Paris Match dans le top 10 des hommes de l’année, aux côtés du pape Benoît XVI ou du tennisman Rafael Nadal.

    En février 2011, M décroche la Victoire du meilleur concert de l'année pour son passage au Chateau de Versailles.

    Passant outre les critiques qui entourent début 2011, la sortie de "Jamais seul" et son échec commercial, Matthieu Chédid compose la bande-originale du film d’animation "Un monstre à Paris", pour lequel il joue les premiers rôles. Il y interprète avec Vanessa Paradis le duo "La Seine".

    En mars, M reçoit la Victoire du DVD musical pour "Les saisons de passage" et une autre Victoire pour le videoclip "La Seine".

    Il imagine aussi au gré de ses voyages une suite aux aventures de M.

    2012 : "Îl"

    Pour son sixième disque, "Îl", M s’est entouré d’un trio de musiciens américains avec lequel il revisite l’imaginaire du rock’n’roll. Commencé à Los Angeles et peaufiné à Paris dans son nouveau studio, cet enregistrement renoue avec son côté adolescent. Complexe et parfois déroutant, "Îl" est un album de bande-dessinée où l’énergie des mots et des guitares l’emporte sur des paroles prêtes à mâcher.

    Sa sortie le 12 novembre 2012 s’accompagne d’un concert privé au 104, à Paris, et d’une prestation dans le métro parisien. Ces concerts annoncent une nouvelle tournée, avec un trio rock cette fois, qui débute le 15 février 2013 à la Rochelle.

    Décembre 2012

    © RFI Musique
    Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

    Fermer