Véronique Sanson

Né(e) : 24/4 /1949 à Boulogne (France)
Pays : France
Langue : Français
Qualité : Auteur / Chanteuse / Compositeur
Genre musical : Chanson

Artiste à la voix exceptionnelle, Véronique Sanson est également une musicienne de haut niveau, auteur et compositeur de la totalité de son répertoire. Elle est une des interprètes majeures de la chanson française.

Artiste à la voix exceptionnelle, Véronique Sanson est également une musicienne de haut niveau, auteur et compositeur de la totalité de son répertoire. Elle est une des interprètes majeures de la chanson française.

Deux ans après sa sœur Violaine, c'est le 24 avril 1949 que naît Véronique à Boulogne-Billancourt dans la proche banlieue parisienne. Leurs parents, René et Colette sont des mélomanes qui très vite inscrivent leurs fillettes à un cours de piano. Le talent de Véronique pour le classique devient vite évident, et encore aujourd'hui, elle joue Mozart, Bach ou Gershwin chez elle pour faire travailler ses doigts.

Dès 13 ans, elle commence à écrire des chansons et à s'accompagner à la guitare. La musique l'intéresse plus que les études. A l'occasion d'un séjour dans un pensionnat anglais, elle découvre les Beatles qui lui donnent envie de mieux travailler ses compositions.

Après une méningite en 65 (qui lui laisse un vrai trou noir dans ses souvenirs), Véronique continue d'écrire des chansons, ainsi qu'un concerto pour deux flûtes, deux clarinettes et orchestre.

Berger, label manager

A l'occasion de vacances en Espagne, les sœurs Sanson rencontrent François Bernheim, jeune musicien aujourd'hui compositeur notamment de Patricia Kaas. Les trois adolescents créent un groupe, les Roche Martin, mais après deux 45 tours qui ne se vendent guère, Véronique et Violaine retournent en faculté. Cependant, Véronique Sanson retrouve à l'occasion de cette première expérience, un ami d'enfance, Michel Berger, alors directeur artistique chez Pathé Marconi.

Il décide de faire enregistrer à Véronique un 45 tours en solo. En 1969, sort donc "le Printemps est là / le feu du ciel". Si les radios passent assez souvent le titre, ce n'est pourtant pas un succès commercial. Le contrat de Véronique Sanson avec Pathé Marconi est résilié.

Malgré cet échec, elle sait que la chanson sera son métier. Elle continue de travailler avec Michel Berger qui lui demande de composer un titre pour la fille du comédien Louis de Funes, Isabelle. Elle écrit alors "Les Voisins", titre qu'elle reprendra en 1992 sur son album "Sans regrets". Michel Berger et Véronique Sanson, qui sont très proches, se motivent et se font travailler mutuellement. Nous sommes au début des années 70. Véronique, découvre à cette époque ce fameux vibrato qui rendra sa voix célèbre. Elle écrit, compose et passe des heures au piano.

En 1972, Michel Berger produit le premier album de Véronique Sanson. C'est "Amoureuse" qui sort chez WEA, sa maison de disques encore aujourd'hui. Dans ce premier disque, on trouve des titres toujours très diffusés 25 ans plus tard tels "Bahia" ou "Besoin de personne". L'année suivante, toujours produit par Berger, sort "De l'autre côté de mon rêve". L'accueil public et critique est très bon, mais Véronique est encore terrifiée à l'idée de monter sur scène. Elle garde un mauvais souvenir de son premier contrat au restaurant de la Tour Eiffel où elle devrait chanter quatre chansons chaque soir entre un magicien et le chanteur Guy Mardel, devant un parterre de touristes peu intéressés.

Stills

Son apprentissage de la scène continue lors des tournées de Julien Clerc, Claude François ou Michel Polnareff dont elle fait les premières parties.

C'est à cette époque qu'elle rencontre le musicien américain Stephen Stills, membre et principal compositeur du groupe Crosby Stills and Nash. En mars 1973, le couple se marie en Angleterre et s'envole pour les Etats-Unis où Véronique va vivre pendant dix ans. C'est à Denver dans le Colorado que naît leur fils Christopher, le 19 avril 1974.

Véronique est très heureuse aux Etats-Unis. Elle apprend l'orchestration auprès de son mari, et découvre une nouvelle façon de travailler avec d'excellents musiciens. Même de retour en France, elle continuera d'ailleurs la plupart du temps à jouer avec des musiciens américains.

Son troisième album "Le Maudit" sort en 1974. A cette époque, il est tout à fait exceptionnel qu'un artiste français enregistre hors de nos frontières. C'est évident tout de même pour Véronique, qui vit à ce moment-là dans un univers musical totalement américain, dans lequel elle s'épanouit totalement. Après une tournée au Québec, elle donne pour la première fois en vedette, deux récitals à l'Olympia fin 1974, avec son mari à la basse.

Vancouver

Deux ans plus tard, elle enregistre à Londres, avec cette fois-ci des musiciens anglais. En 1976, sort donc son quatrième album, "Vancouver". Véronique Sanson est désormais une réelle vedette en France où le public lui fait une fête lors de son second passage à l'Olympia pendant deux semaines. Sa musique, très influencée par le meilleur de la production américaine, se distingue de la chanson française de l'époque. Très riches en orchestrations, interprétées par des musiciens de haut niveau, les compositions de Sanson, qui mêlent textes de qualité et mélodies sublimes, font un malheur en France. "Vancouver" devient disque d'or.

De plus en plus à l'aise sur scène, Véronique Sanson enregistre son premier disque en public.

En 1976, Bernard Saint-Paul, que Véronique a rencontré lorsqu'il était directeur artistique chez Pathé-Marconi, devient son manager. Elle lui dédiera la chanson "Bernard's song" sur l'album "Hollywood" qui sort en 1977. Cette année-là, elle effectue une tournée en France avec Michel Jonasz en première partie. Bien que vivant et travaillant aux Etats-Unis, Véronique Sanson est assez souvent en Europe, et reste très présente dans le paysage musical français. Elle continue d'écrire essentiellement dans sa langue maternelle et sa carrière se déroule avant tout en France.

En 1978, après une tournée d'un mois, elle est la première femme à jouer au Palais des Sports pendant 3 jours, à raison de deux concerts quotidiens.

Elle est de retour en 1979 avec un album, "7ème", et un nouveau passage de deux semaines à l'Olympia. Le rythme de deux ans entre chaque album étant plutôt régulier, elle sort donc encore un album en 1981, "Laisse la vivre", et s'installe trois semaines au Palais des Sports pour un concert qui sera enregistré. La fin des années 70 est difficile sur le plan familial. Véronique, qui s'est séparée de son mari, doit se battre devant la justice américaine pour pouvoir ramener son fils en France. Ce n'est qu'en 1983 qu'elle remporte ce procès et récupère ainsi le passeport de son fils.

Back home

Forte de son expérience musicale américaine, Véronique Sanson revient pour de bon en France, riche d'un perfectionnisme forcené, et d'un grand sens du spectacle. Cependant, les premières années (83-85) sont un petit peu difficiles sur le plan professionnel. Elle partage l'affiche du Palais des Sports le 28 juin 1983 avec Eddy Mitchell et Michel Jonasz et le seul album de cette période est une compilation sur le thème de l'amour, "Exclusivement féminin".

Véronique, qui s'est installée dans sa maison des bords de Seine avec son compagnon, le comédien Etienne Chicot, sort en 1985, un album éponyme. La critique est excellente. Ce sont alors les véritables retrouvailles avec un public qui n'a cessé de l'aimer et qui lui fait un triomphe à l'Olympia du 5 novembre au 1er décembre. Du 11 novembre 1986 au 11 décembre, elle partage une tournée avec Alain Souchon, tournée qu'ils appellent "Chacun son tour".

En 1988, sort un nouvel album studio, "Moi le venin". Le premier simple extrait du disque, "Allah", est source de nombreux soucis pour la chanteuse qui décide de le retirer de son concert à l'Olympia en 89, suite à des menaces islamistes. Son père demande même au ministre de l'Intérieur une protection policière pour sa fille. L'affaire survient peu de temps après la "fatwa" contre Salman Rushdie, et certains magasins parisiens retirent le disque de leurs bacs. Cependant, sur l'initiative du chanteur Yves Simon, une centaine d'artistes français en appellent "au refus du diktat de tous les intégrismes".

Suite à ce concert, l'Académie Charles-Cros lui remet son prix pour le disque extrait du récital.

Avec quatre autres grands noms de la chanson française, Johnny Hallyday, Michel Sardou, Eddy Mitchell et Jean-Jacques Goldman, elle entreprend une tournée au profit des "Restaurants du cœur" de l'humoriste Coluche.

Symphonique Véronique

En décembre 1989, Véronique Sanson réalise un de ses rêves: jouer avec un orchestre symphonique. Après donc avoir répété en Tchécoslovaquie, la chanteuse partage la scène du Théâtre du Châtelet du 26 au 31 décembre avec l'Orchestre symphonique de Prague. On retrouve cette série de concerts sur l'album "Symphonique Sanson" qui sort en 1990.

En 1991, la SACEM (Société des auteurs compositeurs) remet à Véronique Sanson son Grand Prix pour l'ensemble de son œuvre.

Cette même année, Catherine Lara enregistre son opéra dont le thème est l'écrivain George Sand, et demande à son amie Véronique de l'accompagner en duo qui s'intitule "Entre elle et moi".

En 1992, Véronique reprend, pour la première fois depuis 1980, le chemin des Etats-Unis pour enregistrer à Los Angeles son 9ème album studio. Interprété par les meilleurs musiciens dont Véronique a toujours su s'entourer, l'album "Sans regrets" sort en France le 25 mai 1992. C'est un grand succès et le premier extrait, "Rien que de l'eau" atteint vite les 500.000 exemplaires vendus.

Pour cet album, elle reçoit en 1993 la Victoire de la Musique pour "La meilleure interprète féminine de l'année 92". Du 11 au 14 mars, elle donne une série de concerts au Zénith de Paris, dont est tiré un album considéré comme son meilleur enregistré en public. Après quelques jours de tournée, elle est de retour à Paris à l'Olympia pour une semaine. A cette occasion, elle chante "Seras-tu là" de Michel Berger, décédé en août 1992.

Ces années 92-94 sont des années heureuses pour Véronique Sanson qui, concert après concert, tournée après tournée, rencontre un public toujours plus attaché à la chanteuse.

Du 29 mars au 3 avril 1994, elle donne à nouveau une série de concerts à l'Olympia. Mais c'est surtout son concert du 12 juillet 1994 aux Francofolies de La Rochelle qui fait date. Ce jour-là, c'est "La fête à Sanson" sur la grande scène des Francofolies. De nombreux chanteurs français vont chanter avec elle, les plus belles de ses compositions. Michel Fugain, Alain Chamfort, Yves Duteil, William Sheller, Marc Lavoine, les Innocents ou le groupe corse, I Muvrini, rendent ce soir-là, hommage à l'auteur-compositeur féminin la plus douée de la chanson en France et certainement la plus populaire.

Ce concert unique donne lieu à un très bel enregistrement, "Comme ils l'imaginent", qui sort l'été suivant.

En février 1995, Véronique Sanson rencontre l'humoriste Pierre Palmade qu'elle épouse le 27 juin à Triel-sur-Seine dans les Yvelines.

Enfin, cette année-là, elle enregistre pour la première fois un duo avec son fils Christopher, lui-même auteur-compositeur. C'est sur le disque enregistré au profit de l'association Sol En Si (Solidarité Enfant Sida) que Christopher Stills et sa mère chantent la chanson "Run".

Idéal

L'infatigable Véronique reprend en 97 l'enregistrement d'un nouvel album dont un premier simple "Un être idéal" sort en décembre. Elle enchaîne en janvier 98, une série de dix concerts au Palais des Sports à Paris, avant même que l'album soit sorti. Elle donne la primeur de quelques nouvelles chansons aux spectateurs-complices, enchantés par la prestation scénique très rock'n'roll de la blonde chanteuse.

Le 17 février 98 sort en France son onzième album "Indestructible". Comme d'habitude, elle l'a enregistré aux Etats-Unis, lieu de souvenir où elle conserve de nombreux amis. La singularité vient du fait, que pour la première fois, elle fait appel à un autre auteur-compositeur pour écrire ses chansons. En effet, Bernard Swell signe quatre titres sur cet album, sans rien trahir de la personnalité de la chanteuse qui oscille souvent entre romantisme et rock'n'roll.

Retour vers le passé

Au cours de l'été 99, alors qu'elle se prépare à sortir un nouvel album, Véronique apparaît sur la scène de quelques festivals dont celui des Vieilles Charrues en Bretagne le 18 juillet. Elle y égrène ses grands succès face à un public conquis. En fait, Sanson renoue avec ses amours de jeunesse puisque son nouvel opus est entièrement consacré aux chansons de Michel Berger. Il s'intitule "D'un papillon à une étoile". De "Diego, libre dans sa tête" à "Paradis blanc", en passant par des chansons moins connues comme "l'Amour est là", l'interprétation est aérienne, soutenue parfois par des choristes de luxe, Etienne Daho et Alain Chamfort. L'entreprise est ambitieuse, et peut faire l'objet du scepticisme de certains fans de Berger.

En décembre, la chanteuse reçoit un disque de platine pour les 300.000 albums vendus. Une tournée démarre le 13 janvier 2000 en province avant de faire une étape très attendue du 18 janvier au 6 février à l'Olympia de Paris. C'est sa septième prestation sur la scène du grand music-hall parisien. Entièrement composé de titres de Michel Berger, ce récital est un moment particulier dans la carrière de la chanteuse. En outre, contrairement à son habitude, c'est un grand couturier Yves Saint-Laurent, qui lui crée sa tenue. Elle est entourée de son équipe de musiciens habituels, la plupart américains, et d'une formation classique originaire de Prague.

Une tournée suit immédiatement l'Olympia avec une nouvelle escale parisienne en mars au Zénith.

Alors qu'elle s'apprête à remonter sur scène en 2002, Véronique Sanson est obligée d'annuler. Une maladie de sang est la cause d'une grande fatigue qui l'a obligée à se faire hospitaliser en mai et qui lui fait reporter les concerts qu'elle voulait donner jusqu'à la fin de l'année.  

2004 : "Longue Distance"

Il faut attendre deux ans pour voir réapparaître sur le front artistique, la blonde chanteuse. En effet, en septembre 2004, alors que les journaux ont annoncé quelques temps auparavant son divorce d'avec Pierre Palmade, Véronique Sanson sort un nouvel album original intitulé "Longue distance". Marquée par la maladie du sang qui l'affaiblit depuis un certain temps déjà, marquée aussi par une dépression qui l'a entraînée vers l'alcoolisme (la chanson "la Douceur du danger" évoque ce problème), la chanteuse paraît revenir de loin. Pendant toute cette période, sa famille semble l'avoir beaucoup soutenue : elle rend ainsi hommage à son père et sa sœur Violaine avec le titre "5ème étage". Heureuse de renouer avec la musique, elle fait appel à deux complices de longue date, Bernard Saint-Paul (producteur) et Bernard Swell (compositeur). Les musiciens ont été recrutés parmi la crème des musiciens américains. Avec cet album, Véronique Sanson signe son vrai retour discographique depuis six ans.

Elle part en tournée en tournée le 13 février 2005 et fait escale à l'Olympia, à Paris, neuf soirs de suite. L'été, elle se produit sur la scène de plusieurs festivals et à l'automne paraît un live de tous ces concerts parisiens "Olympia 2005".

En novembre 2007 paraît "Petits moments choisis", une compilation de 3 CDs publiée pour faire patienter les fans avant la sortie d'une intégrale, sans cesse retardée par des complications juridiques. Véronique Sanson commence alors à redonner des récitals, dans une formule plus resserrée et dans de plus petites salles. Pendant deux ans, elle se produit en France, en Suisse, en Belgique, en Israël ou encore en Tunisie. Lors de ses escales à Paris, elle collabore aux albums de Michel Fugain ("Bravo et merci" en 2007) ou d'Yves Duteil ("Fragiles" en 2008). En décembre 2008, son intégrale sort enfin. Elle s'intitule ironiquement "Et voilà !" et regroupe quarante ans de carrière (1967-2007) en 22 CDs et 4 DVDs.

2010 : "Plusieurs lunes"

Entre fin 2009 et mi-2010, Véronique Sanson consacre la majorité des ses journées à l'élaboration de son quatorzième album. Loin des studios californiens auxquels est elle habituée, elle le mitonne cette fois-ci chez elle, dans sa grande maison des bords de Seine. Elle privilégie les collaborateurs français (Dominique Bertram, son bassiste depuis 30 ans, Mehdi Benjelloun, une jeune chanteur et musicien, sa sœur Violaine, qui lui donne les paroles du titre "Qu’on me pardonne "…). Bien plus personnel et enjoué que les précédents, l'album qui en résulte sort le 25 octobre 2010.

Véronique Sanson l'appelle "Plusieurs lunes" pour en dire tout l'éclectisme : de la salsa au rock, en passant par le tango et l'ambiance cabaret. Le premier extrait est "La Nuit de fait attendre". Mais, alors que le débat sur "l'identité nationale" bat son plein en France, c'est la chanson "Vols d'horizon", qui condamne le port de la burqa et l'excision sur une musique arabisante, qui fait le plus parler d'elle.

La chanteuse démarre la tournée de "Plusieurs lunes" le 29 janvier 2011. Elle s'attarde à Paris à l'Olympia du 28 février au 4 mars puis au Grand Rex les 13, 14 et 15 mai 2011.

Août 2011

© RFI Musique
Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

 
 
Fermer