Fabulous Trobadors

Date de création : 1986
Pays : France
Langue : Français
Genre musical : Raggamuffin
Membres : Claude Sicre, Jean-Marc Enjalbert

En terre d'Oc, il existe deux héros qui défendent la culture et la langue occitane. Ils agissent sous le nom de Fabulous Trobadors, juste avec leurs voix et des tambourins pour se faire entendre. Véritables agitateurs sur la scène locale, leur nom s'est propagé partout en France et même au-delà des frontières. Leur poésie et leur humour ont même réussi à infiltrer les provinces du Nord.

En terre d'Oc, il existe deux héros qui défendent la culture et la langue occitane. Ils agissent sous le nom de Fabulous Trobadors, juste avec leurs voix et des tambourins pour se faire entendre. Véritables agitateurs sur la scène locale, leur nom s'est propagé partout en France et même au-delà des frontières. Leur poésie et leur humour ont même réussi à infiltrer les provinces du Nord.

Claude Sicre alias Docteur Cachou est né à Toulouse dans le sud de la France. A 7 ans, il découvre le rocker américain Bill Haley. Par la suite, c'est le blues qui le séduit le plus. Passionné par les romans policiers qu'il a commencé à lire très tôt, il se retrouve après une licence de philosophie, employé chez l'éditeur parisien Gallimard, très précisément pour la célèbre collection de la Série Noire. La musique ne l'intéresse que comme manifestation d'une culture ancienne, comme tradition.

A Paris, il découvre le mouvement occitan (renouveau de la culture du pays d'Oc) et de retour à Toulouse, il crée un groupe en 77, Riga-Riga avec lequel il publie un disque folk qui puise allègrement dans le patrimoine occitan. De la tradition des troubadours de cette région, Claude Sicre retient la "tenson", sorte de "joutes poétiques à deux, question-réponse" comme il le précise lui-même. En 82, il découvre une autre forme d'expression musicale avec les embaladores, chanteurs-improvisateurs du Nordeste brésilien s'accompagnant de tambourins pour la rythmique.

Association musicale

Ses nombreuses activités, de l'écriture en tout genre en passant par le Comité d'organisation du Carnaval de Toulouse, Claude Sicre les gère à travers le prisme de la culture, indispensable selon lui à l'affirmation de sa qualité de citoyen. En 86, il enregistre un album artisanal avec son ami Daniel Loddo "Batestas e cantarias". A cette occasion, il rencontre Jean-Marc Enjalbert dit Ange B. (Bofarèu) qui va devenir le second membre des Fabulous Trobadors. Plus jeune que Claude Sicre, il est passionné de hip hop et anime quelquefois des émissions radio. Ange B est surtout un spécialiste des bruits de bouche reproduisant à merveille les sons des instruments de musique. S'il s'est essoufflé dans plusieurs petits groupes éphémères de jazz, sa rencontre avec Claude Sicre est déterminante. Chacun des deux artistes trouve en l'autre le complément artistique pour une aventure particulière et riche, celle des Fabulous Trobadors.

Ils se font connaître dans les animations de quartier, comme celui de Arnaud-Bernard à Toulouse où Claude Sicre s'active depuis vingt ans, les manifestations culturelles de tout ordre, carnavals, rassemblements, etc. là où on a besoin de musiciens. Mais leur notoriété se trouve grandie quand ils passent à l'écriture de chansons en français et non plus forcément en occitan. La rencontre avec un autre groupe "anti-centraliste" (contre le monopole parisien en matière culturelle) de Marseille, Massilia Sound System va contribuer à amorcer un virage vers le succès. En effet, les rappeurs phocéens dirigent le label Roker Promocion et vont produire l'album des Fabulous Trobadors qui sort en avril 92.

Les albums

"Era pas de faire" (On n'aurait pas dû le faire) est un disque de rap et de ragga en français et en occitan, bricolage musical appuyé de textes drôles en référence aux "Cachous Lajaunie", à "Félix Castan", philosophe régionaliste ou au maire de leur ville, "Come on every Baudis". Un simple extrait de l'album sort un peu plus tard, "Pas de ci" (Pas de ça / Pas de fumée sans feu / Pas d'idée sans être deux). Il dépasse les frontières de la région sud et c'est ainsi que les Fabulous Trobadors tournent partout en France, jusqu'à Saint-Malo avec l'édition 93 de la Route du rock et La Rochelle pour les Francofolies. Des pays comme la Suisse, la Belgique ou l'Italie les accueillent aussi pour quelques concerts.

Très méfiants quant au succès, les Fabulous poursuivent leurs activités d'agitateurs culturels. En 95, ils reviennent avec un nouvel album "Ma ville est le plus beau park", sorti cette fois chez une multinationale du disque, Mercury. Si le confort d'enregistrement est plus grand, les textes des chansons ne se sont pas affadis. Ils sont caustiques, percutants voire provocateurs, comme dans "Quel sera notre futur" qui aurait du s'appeler "Y'a bon Balladur" (du nom du Premier ministre de l'époque) si une haute instance de l'Etat (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) ne l'avait censuré. Mais quand les Fabulous chantent "Ma ville est le plus beau park / Elle est pleine d'attractions / Ta ville sera ce park si telle est ta décision", ils rappellent ce qui leur tient sans doute le plus à cœur, la détermination à prendre part à la vie politique et sociale dans leur environnement proche. Poursuivant donc leur action locale à Toulouse, notamment avec l'organisation de banquets dans les rues de la ville, ils tournent quand même à travers la France et font quelques incursions dans des villes comme Londres, Lisbonne, Dublin ou Montréal pour les Francofolies.

A la ligne

Les Fabulous Trobadors reviennent sur le devant de la scène musicale avec la sortie en octobre 98 d'un nouvel album "On the Linha imaginot", référence comme le dit Claude Sicre, à "un mouvement qui a pour fin et moyen la plus grande démocratie en matière de culture" autrement dit, une ligne imaginaire qui relie des groupes de gens, des villes et des villages. Pour cet opus, plusieurs artistes sont venus leur prêter main forte, Serge Faubert, Jean-Pierre Mader et même les anglais de Asian Dub Foundation pour les arrangements de "Fais de la politique". Le premier simple extrait de l'album s'intitule "L'accent". On trouve aussi plusieurs instrumentaux signés Ange B. ainsi qu'un monologue de Felix Castan, "Castan blues". Les Fabulous chantent essentiellement en français (11 titres) et un peu en occitan (2 titres).

Duel au soleil

Alors que les Fabulous continuent leurs activités militantes, ils sortent tout de même en mai 2003 un nouvel opus "Duels de tchatche et autres trucs du folklore toulousain...". La réalisation est signée Sodi (Manu Chao, Fela). L'instrumentation de l'ensemble est assez légère puisque le tambourin est le seul instrument toujours présent. On entend sur certains morceaux flûte, accordéon et autres. Les textes quant à eux, veulent comme d'habitude, inciter à la prise de conscience, au civisme, interpellent, dénoncent, etc... Sans délaisser l'humour et l'art de la tchatche, le duo tente même une incursion dans le domaine de la chanson avec le premier simple issu de l'album, "Demain demain".

                                                         *

Impossible de les classer dans une quelconque catégorie, les Fabulous Trobadors sont uniques. D'album en album, ils affirment une identité de plus en plus forte, de la reconnaissance de la culture occitane à l'activisme social et politique.

© RFI Musique
Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Fermer