publicite publicite
 
Menu
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle


Boris Vian et le jazz

Une passion tous azimuts


Paris 

23/06/2009 - 

Boris Vian aimait le jazz plus que tout. Et le défendait par tous les bouts : en jouant, en écrivant, en toute amitié et même à la radio.



Boris était avant tout un amateur de jazz. Pas un soliste vertigineux, mais un joueur de trompinette comme il disait. Il m’a d’ailleurs été d’une grande aide lors des préparatifs de Legrand Jazz. Il m’a fait des listes de ce que je devais enregistrer." Michel Legrand n’est pas le seul à louer les talents en la matière du Pataphysicien. "Sans le jazz, la vie serait une erreur !" avait-il ainsi déclaré au printemps 1939, en écoutant Ellington.

Neuf ans plus tard, il ira accueillir le Duke à la gare du Nord, et l’emmènera faire le bœuf au Tabou, son préféré des multiples clubs qui fleurissent sur le bitume de l’Après-guerre. Non loin de là, le même Vian sera à la fondation du Club Saint-Germain, rejoignant régulièrement l’orchestre sous la direction de Jean-Claude Fohrenbach. Dans les deux, l’écrivain éminent membre du Hot Club de France dès 1937 viendra souvent souffler dans son cornet.

Et quand il écrit les premières lignes de L’écume des jours, il s’inspire d’un chorus de Ben Webster ! Touche-à-tout par goût et libertaire dans l’âme, Boris Vian se multipliera pour défendre les lendemains qui swinguent autrement, tant comme directeur artistique chez Philips, où il va donner du boulot à tous les soutiers du genre, que comme chroniqueur virulent à Jazz News puis Jazz Hot, entre autres colonnes qui abritent sa plume aiguisée.

La plupart de ces textes, du genre corsés, sont regroupés dans Chroniques de jazz et Autres écrits sur le jazz. C’est aussi lui, auteur d’un explicite C’est le be bop, qui signera nombre de chansons qui font mieux que de n’être que de pâles bluettes jazzifiées ! C’est encore lui, sous des noms d’emprunts hauts en couleur, qui trouve le temps de poser des mots érudits et fleuris sur les disques d’amis jazzmen. Et c’est déjà lui qui signa au tournant des années 1950, Jazz In Paris, une émission radiophonique censée faire découvrir le jazz made in France sur les ondes américaines ! Tout un programme qui dura deux ans et quarante-cinq émissions. Et en avant la zizique …


Boris Vian Chroniques de jazz (Le Livre de poche) 1998
Boris Vian Autres écrits sur le jazz (Editions Christian Bourgois) 1994

Jacques  Denis